AVIS SUR LE SITE

Donnez votre avis sur le contenu et la présentation du site pour que nous répondions au mieux à vos attentes. 

 

* champs obligatoires

« Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné au traitement de votre demande. Le destinataire des données est l’éditeur du site. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à l’éditeur du site. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. »

LA CÉLÉBRATION DE L'ARMISTICE 1918

ARMISTICE 1918: commémoration marquante

La cérémonie officielle s’est déroulée en présence de personnalités dont madame Ortet, sous-préfète de l’arrondissement de Brioude et monsieur Gérard André maire de Seicheprey (54).  La première lecture émouvante d’extraits du 11 et 12 décembre  1914  du « journal des marches et opérations » du 286 eme lors de la bataille de Seicheprey a été faite par François Romagon.   ( texte ci-dessous  dans "lire la suite" ) 

Les  jeunes de la commune furent pleinement  acteurs de cette cérémonie : les petits Jules, Ethan et Brieuc  tenaient les gerbes offertes par les anciens combattants, le maire de Seicheprey et la municipalité de saint Didier sur Doulon. Guy de saint Aubert  a lu le message de l’Union fédérale des associations de combattants et victimes de guerre, Lina  collégienne et Julien Monatte  ont fait l’appel aux morts: instant mémoriel très important car nommer les victimes, c’est  leur accorder une identité propre de soldats et d’hommes  et cette énumération devant les monument aux morts a permis et permet le  travail  du deuil nécessaire puisque  toutes les familles de la commune furent touchées de près ou de loin dans ce conflit.

Enfin cérémonie au cimetière devant la tombe de Léon Sapanel tué à l’ennemi en 1916 à 21 ans sans descendant  dont la tombe en déshérence et restaurée par la commune vient d’être reprise par le Souvenir français  (Georges Michel président de la Haute Loire, Jean Pierre Morel  président et Jacqueline Astier de la délégation du Puy étaient présents ) Cette tombe représentera symboliquement la tombe des saindiérois "Mort pour la France"  dont la majorité ont disparu sans sépulture  ou sont inhumés dans des nécropoles  loin de chez eux.  .  

(photos dans actualité)

 

 

 

« 11 décembre :

 Ordres donnés pour l’attaque à tous les officiers réunis…

Toutes les dispositions sont prises pour la marche en avant, en cas de réussite… Comme il est évident que cette attaque coûtera très cher, dans tout le régiment, chacun prend ses dispositions dernières : dépôts d’argent à l’Officier de détails, testaments, lettres d’adieux, visites à l’aumônier, etc.

         L’état d’esprit général est très résolu : il faut en finir.

12 décembre :

…À 13 h 35, l’artillerie lourde ouvre son feu, un peu trop court… L’artillerie allemande y répond bientôt en tirant sur nos tranchées…  À13h55, l’artillerie allonge son tir. À 14h, le Colonel fait tirer … le signal convenu pour le départ…

Tout le régiment se précipite en avant et, en un instant, atteint les tranchées allemandes ; les uns s’y précipitent, les autres se couchent sur le parapet. Une partie même dépasse les premières tranchées et court vers les secondes. Chose singulière, notre ligne tire très peu. On saura seulement le soir que toutes les armes encrassées par la boue que, de leurs mains salies, les soldats ont introduite dans la boîte à culasse avec chaque cartouche, ont refusé tout service.  À 14 h 15, les Allemands, encouragés sans doute par ce silence, commencent la contre-attaque… précédée par un violent tir de mitrailleuses… La plupart des nôtres sont frappés…

Nos quelques hommes encore vivants ne peuvent les arrêter par le feu avec leurs fusils enrayés, ils les arrêtent avec leurs  baïonnettes… Les 20°, 19° et 18° compagnies, ou plutôt leurs débris, se trouvent cernées par des forces très supérieures… 

C’est alors qu’on peut constater que presque tous les hommes de ces compagnies sont tués ou blessés, car leurs corps alignés continuent à couvrir les parapets, derrière lesquels les Allemands nous accablent de balles…

 

13 décembre

         … On peut procéder à l’appel : la 18° compagnie a complètement disparu, à l’exception de 18 hommes…

         Les pertes s’élèvent à 999 hommes plus 13 officiers. Les tués certains s’élèvent à 59 hommes et 2 officiers… les blessés ramenés à 147.

         Tout le reste doit être porté disparu, mais il est certain que la plupart sont également tués ou blessés, étant donné le nombre considérable de corps que nous avons vus immobiles aux abords des tranchées allemandes ou sur le parapet même, après que les ennemis y sont rentrés. 

Vingt deux  saindiérois ont participé à cette bataille : Jean Thomas  fut grièvement blessé, Pierre Caremier et Pierre Beal  furent tués, et Philippe Chalet fut fait prisonnier. 

 


Lire la suite

Le repas des aînés

LE REPAS DES AÎNÉS

Dimanche 20 octobre.  65 convives: les aînés de la commune, le conseil municipal, les  présidents des associations et les employés communaux  se sont réunis autour d'un repas préparé cette année par l'Auberge des 3 Vallées.  Le maire Christophe Courteix  a accueilli particulièrement trois  nouveaux  entrants  dans « le  club des plus de 65 ans» :  Suzanne Bressol, Dominique Mabillon et Jean Paul Begon.  Cette année la  doyenne de la commune Simone Fournier de Vintz était parmi nous, ainsi que le vice-doyen René Magaud de L'Hermitagne  ( 5 mois de moins que le doyen ). Cette journée permet traditionnellement  de réunir les saindiérois  souvent très éloignés les uns des autres dans les hameaux et les conversations sont allées bon train. Prochain rendez vous: dimanche 10 novembre pour la célébration de l'armistice de 1918. 

  "Photos dans Actualités 2019" 

A

Lire la suite